Compensation carbone, transports terrestres et voyages en avion

Après la fin du Super Boby Tour, l’impact carbone de notre voyage est resté dans un coin de notre tête. Nous nous étions déplacés majoritairement en transports en commun ou covoiturage, mais en parcourant tout de même près de 5 000 kilomètres en deux mois et demi.

Depuis le départ, nous voulions « compenser » notre voyage, c’est-à-dire payer un certain prix, lié au coût écologique de nos déplacements, à des associations travaillant pour le développement durable dans le monde. Sur la plateforme CO2 solidaire que l’on nous avait conseillée, nous avons pu calculer le tonnage « équivalent carbone » du voyage.

 

La compensation carbone selon les moyens de transport utilisés

Nous sommes arrivés sur la plateforme en redoutant la ruine. 5 000 km, ce n’est pas rien. Nous nous attendions à une somme très élevée, et nous étions prêts à nous saigner pour l’honneur. Nous avons donc été presque déçus de n’avoir à payer que… 6 petits euros !

C’est alors que nous avons comparé ce résultat avec un voyage en avion récent que l’un de nous deux avait dû faire : un aller-retour France – Guatemala.

compensation carbone

 

Résultat :

> 6 000 km de voyage en France en TGV, TER, voitures et bus (j’ai rajouté 1 000 km de voiture diesel à la louche, comme ça, pour faire monter le prix !) = 10 € de compensation carbone

> 9 000 km de voyage international en avion = 90 € de compensation carbone

En d’autres termes, voyager en avion pollue globalement 6 fois plus que voyager sur terre. Pour se faire une idée de ce que représente une tonne de CO2, elle correspond à ce qu’un Américain produit en 2 semaines et un Indien en 1 an (cf photo ci-dessus) (source Consoglobe 2010) :

 

1 tonne de co2

 

Compenser n’est pas une fin en soi mais…

Alors évidemment, on ne va pas aller au Guatemala par voie terrestre. Mais ça fait réfléchir : prendre l’avion n’est pas un acte anodin. Payer des compensations carbone pourrait devenir un automatisme pour les voyageurs, car finalement elles permettent d’atteindre un prix social plus juste que le seul prix du transport.

Dans tous les domaines, le prix RÉEL de nos consommations est caché : nous payons tôt ou tard toutes les atteintes à notre environnement, par nos dépenses de santé, nos impôts… Ce prix devrait être payé par les entreprises qui polluent, mais la valeur des bienfaits de la nature n’entre pas dans les calculs économiques (ou de façon dérisoire, ou entraînant des trafics de « droits à polluer » par exemple).

Cela dit, la compensation carbone ne doit pas remplacer une saine réflexion sur l’utilité de voyager (surtout loin). Car en réalité, elle ne « compense » rien, elle agit différemment. C’est l’exemple de la multinationale qui, tout en continuant à détruire les communautés et l’environnement et pratiquer l’évasion fiscale, va affecter une toute petite partie de ses fonds à des projets sociaux et solidaires et ainsi passer pour philanthrope. Ce n’est pas bien, mais pour autant, puisqu’on doit continuer à se farcir ces multinationales jusqu’au jour où les boycotts pourraient en venir à bout, on ne va pas les empêcher d’agir un peu dans le bon sens.

En ce qui nous concerne nous, individus, qui sommes bien plus responsables que ces mastodontes capitalistes, il ne nous reste qu’à affiner notre attention à notre façon de consommer, de vivre, de voyager…

Bref, fin mot de l’histoire : nous avons décidé de payer notre compensation, pour le Super Boby Tour et pour le voyage au Guatemala. Nous avons choisi un projet sur la plateforme CO2 solidaire, qui est à l’origine de ces projets de développement humain et de protection de la nature. Mais nous aurions tout aussi bien pu verser 100 euros à n’importe quelle association de notre choix, si nous avions voulu donner un autre sens à ce geste de « compensation ».

 

Pour plus d’informations sur la compensation carbone et découvrir d’autres plateformes, je vous laisse lire cet article très clair sur la question…

 

Vous avez aimé ? Soutenez Super Boby !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email
Share on Google+
Google+

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des