Niort – Cimetière naturel et constructions écologiques

Pourquoi Niort ? Parce que ce n’est pas loin de La Rochelle où nous venions de faire escale, et parce qu’il y a là-bas le seul cimetière « écologique » de France, un lieu qui nous a semblé à la fois intrigant et enthousiasmant. Nous n’allions pas faire l’impasse sur la mort dans notre quête de modes de vie écologiques ! Dans la région, il y avait aussi d’autres beaux projets…

 

À Niort, le seul « cimetière naturel » de France

Cette étape était pour nous importante, et l’accueil chaleureux d’Ève-Marie Ferrer et Amanda Clot, impliquées dans le projet de cimetière naturel à la mairie de Niort, était à la hauteur de nos attentes ! Elles nous ont accordé tout le temps et l’attention nécessaires à la compréhension du projet…

Qui veut des cimetières verts sans pesticides ?

La visite a commencé par un cimetière en transition vers le « zéro phyto », en accord avec la loi de transition énergétique de 2015.

Depuis le 1er janvier 2017, les espaces publics doivent être exempts de pesticides, herbicides et fongicides. Si les cimetières et les stades bénéficient d’une dérogation, ils devront s’y mettre d’ici 2020… Il faut savoir que les cimetières sont parmi les endroits les plus pollués des villes à cause des pesticides qui protègent le gravier (et les tombes) de toute percée végétale.

Saurez-vous faire la différence entre « phyto » et « zéro phyto » ?

cimetiere ecologique

 

Curieusement, nombreux sont ceux qui préfèrent le côté gauche ! L’ »enherbement » des cimetières se heurte à la résistance farouche d’une partie des administrés qui trouvent que l’herbe, c’est un manque de respect pour les morts (et apparemment, c’est partout pareil). Il est vrai qu’avant d’en arriver à quelque chose de « propre » ou de joli, il y a souvent une phase de transition voire d’expérimentation…

 

Autre problème : la gestion hyper polluante de la mort

La mort a un mauvais bilan écologique ! Quand on multiplie cet impact par un très grand nombre d’individus, ça devient un vrai problème. En cause, il y a :

les produits chimiques dans le bois des cercueils, dans les vêtements des morts… et très souvent dans les morts eux-mêmes, qu’on embaume au formol (extrêmement toxique) sans trop demander leur avis aux proches. Un sujet passionnant à découvrir dans cet article, pour se rendre compte que la pratique n’a vraiment rien de naturel et que, dans son amour de la thanatopraxie, la France fait figure d’exception…

l’utilisation de bois massif pour les cercueils, alors que le carton est une très bonne alternative (voir cet article du Monde : « Il faut un chêne de 80 ans pour faire 5 cercueils ! »)

les matériaux lourds : le béton du caveau et le marbre ou la pierre tombale, plus ou moins imposants selon la volonté de marquer l’appartenance sociale dans l’au-delà. Bien sûr, le béton n’empêche pas l’infiltration des produits chimiques dans le sol…

Les hommages, dont les pots et fleurs en plastique, voire les fleurs coupées qui ne brillent généralement pas pour leurs méthodes de production écologiques.

 

Bienvenue dans le seul cimetière écologique de France !

Au cimetière naturel de Souché, ouvert début 2014, la logique est complètement nouvelle. Pas de caveau en béton, les urnes (biodégradables) et cercueils (en bois non traités ou en carton) sont au contact de la terre.

Même si les corps sont plus ou moins contaminés par des produits chimiques indésirables (comme tout un chacun), on encourage ici les familles à les habiller de matières naturelles bio et à refuser l’embaumement.

Tout le monde est à la même enseigne, avec une pierre tombale sobre. On conseille aux proches de ne pas ramener de plastique, et de préférer les fleurs à planter aux fleurs coupées. Pour que les hommages floraux soient durables et écologiques…

 

cimetiere ecologique

Juste après l’entrée du cimetière. Pour l’instant, seules quelques dizaines de défunts reposent là.

cimetiere ecologique

Les urnes…

cimetiere ecologique

…et les cercueils.

cimetiere ecologique

Une mise en scène artistique a été réalisée par la ville, lieu de dispersion des cendres.

cimetiere ecologique

À côté, l’arbre mémorial aux feuilles gravées des noms des défunts.

Ce qu’on a retenu :

Le père du projet, Dominique Bodin, a gravi les échelons au service des cimetières de la mairie de Niort. C’est lui qui a souhaité expérimenter un cimetière où le bon sens écologique serait de mise et qui a trouvé un contexte favorable à la mairie de Niort.

– On ne peut y trouver le repos éternel que si l’on habite à Niort, ou si on y décède. L’équipe l’a voulu ainsi dès le départ pour éviter de saturer rapidement le cimetière. Sage décision, car les demandes ont afflué de toutes parts !

– Nous avons beaucoup aimé les sculptures et le mémorial, éléments spirituels bienvenus dans ce lieu de recueillement. On se sent plus léger à déambuler ici, comme dans un parc, que dans un cimetière classique. On imagine les âmes apaisées, ramenées à la nature de la façon la plus simple possible, sans grandiloquence…

 

La Frênaie, camping écologique et construction de yourtes

Solène, qui nous a hébergés et accompagnés dans nos découvertes dans la région niortaise, nous avait parlé de La Frênaie comme d’un site de référence dans la construction de yourte en France. Ils gèrent aussi un camping, dont la particularité est… de proposer des hébergements en yourte, évidemment. Nous avons été curieux de découvrir les lieux…

 

Ce qu’on a retenu :

– Pourquoi des yourtes pour le camping ? Parce qu’elles sont nomades et légères, on les démonte facilement pour la saison d’hiver quand le terrain devient inondable (on est dans le marais poitevin). La fermeture saisonnière permet au sol et à la végétation de se régénérer.

– La yourte est écologique. À La Frênaie, ils cherchent des matériaux ayant l’impact le plus faible possible sur l’environnement : structure en bois de forêts proches (frêne, bambou, douglas), laine de mouton français traitée aux huiles essentielles pour l’isolation, idéalement draps et toiles acryliques de récup pour la tapisserie intérieure et l’extérieur.

Il faut très peu d’énergie pour chauffer une yourte. Elles peuvent même être certifiées RT2012, une norme qui garantit la faible consommation énergétique d’un bâtiment. En été, elles se ventilent bien par les portes et le toit ouvrant.

– La yourte est (très) économique, ce qui explique aussi son succès. En moyenne, elle coûte 500 €/m2 à La Frênaie, pour des surfaces allant de 12,5 à 63 m2.

frenaie yourte

frenaie yourte

frenaie yourte

La plus petite yourte…

frenaie yourte

…et la plus grande, près de l’atelier, pour les réunions d’équipe : plus de 90 m2 !

frenaie yourte

L’atelier, où l’on peut venir travailler soi-même pour apprendre et réduire les coûts.

frenaie yourte

 

Dîner inopiné à la maison Kanopy

Le même jour, nous avions rendez-vous avec Joachim à 19 heures dans sa maison en bois sur pilotis qui surplombe la rivière Sèvre. Tout s’est passé très vite : une bonne bouteille, et l’apéro s’est terminé vers minuit et demi après le dîner préparé par Charline ! Une belle rencontre imprévue où on a parlé de tout et abondamment rigolé 🙂

Tout jeune, Joachim a appris le métier de charpentier. Après plusieurs années d’expériences, il a monté avec ses associés la société de construction bois et d’isolation Kanopy, après avoir suivi une formation d’entrepreneur.

Avec ses associés, leur rêve et leur challenge était de construire leur propre maison. Joachim a acheté cette parcelle sur laquelle personne n’aurait misé : toute en longueur, entre la petite route de campagne et la rivière, avec un fort dénivelé, elle paraissait inconstructible ! Et pourtant, il était convaincu qu’il pouvait non seulement construire une grande maison en bois sur pilotis, mais qu’elle serait confortable et qu’elle respecterait son écosystème.

 

Ce qu’on a retenu :

– En quoi une maison en bois est-elle écologique ?

> Elle est construite en chantier sec, donc sans eau, avec beaucoup moins de camions et un temps de gros œuvre divisé par 2.

> Le bois est un matériau particulièrement résistant donc durable, beaucoup plus que l’acier ou le béton armé (voir cette infographie pour plus de détails). Ici, le bois vient de la région donc a peu voyagé.

> La maison de Joachim est une construction bioclimatique (optimisée par rapport à son environnement : soleil, vent, végétation…) et ainsi quasiment passive (qui n’a besoin d’aucun système de chauffage). Orientée sud, très bien isolée, elle n’a besoin que d’un poêle de masse en appoint – un chauffage écologique et économique.

> À Kanopy la plupart des matériaux sont biosourcés (« issus de la biomasse d’origine animale ou végétale« ) et locaux : bois, isolation écologique (ouate, laine de mouton, paille, lin, chanvre…).

– La maison est magnifique et fait plus de 100 m2. Avec des amis, Joachim a mis 6 mois 1/2 à la construire, pour un budget de 1300 €/m2. C’est le même prix voire moins cher qu’une construction neuve en parpaing de moyenne gamme, mais qui elle prendra 2 à 4 mois de plus et aura un énorme bilan carbone !

 

kanopy construction bois

kanopy construction bois

kanopy construction bois

 

Bientôt la suite du voyage à Bordeaux ! On vous racontera brièvement les projets rencontrés, et les détails arriveront après notre retour à Paris…

 

Vous avez aimé ? Soutenez Super Boby !Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someoneShare on Google+

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz